Partenaires

CNRS
Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > TYPOLING - Bulletin d’information n°132

TYPOLING - Bulletin d’information n°132

Appel à communication international pour un numéro spécial Typologie de la Revue Lidil, à paraître en décembre 2012.

Dates importantes :
- Date limite d’envoi du résumé : 1er octobre 2011
- Notification d’acceptation du résumé : 15 octobre 2011
- Date limite d’envoi de l’article : 15 janvier 2012
- Notification d’acceptation de l’article : 15 mai 2012
- Date limite d’envoi des révisions : 15 juin 2012
- Publication : 15 décembre 2012

Nathalie Vallée (GIPSA, U. Grenoble) et de Caroline Imbert (LIDILEM, U. Grenoble).

Appel à contributions : Revue Lidil (numéro thématique)

« Recherches récentes en typologie fonctionnelle : Pour une ‘description typologique’ des langues »

Ce numéro de Lidil (http://lidil.revues.org/ ; Université de Grenoble Stendhal) vise à ouvrir pour la première fois les thématiques de la revue sur celle de la typologie. L’objectif est de réunir des travaux de description qui incorporent des outils théoriques et méthodologiques qui ont été particulièrement développés dans une démarche fonctionnelle-typologique. Ce numéro s’adressera à un lectorat de linguistes non spécialistes en typologie ; il s’agit donc de réunir un panel de travaux assez large et représentatif.

La linguistique typologique a pour objectif de mettre en lumière les différences et similarités qui existent entre les langues, selon certains critères. Au-delà de la simple taxinomie, la construction d’une typologie se fonde sur la mise en lumière des similarités de construction et des schémas de variation qui ne sont visibles qu’à l’échelle translinguistique. Ce rôle de la typologie est fondamental, car il permet de dégager universaux et grandes tendances linguistiques, que d’autres méthodes ne permettent pas d’observer et surtout d’appréhender. De façon plus cruciale, la linguistique typologique permet de dégager des restrictions sur des schémas de variation ; ces restrictions suggèrent l’existence de contraintes, sous-tendues par des facteurs internes et externes et dont on se doit de rechercher l’explication.

La typologie fonctionnelle ou approche fonctionelle-typologique est une approche non générative qui a été majoritairement appliquée en morphosyntaxe.

Elle est fonctionnelle dans le sens où les schémas translinguistiques, les “types” qu’elle dégage, peuvent être articulés autour de domaines fonctionnels1 spécifiques. Par sa visée explicative et non uniquement descriptive (“West Coast Functionalism”, tel que Givon 2001[1984]), elle incorpore de facto l’analyse des phénomènes de grammaticalisation en partant du principe que “toute structure attestée en synchronie est le résultat d’une dynamique diachronique, elle-même motivée par de nouvelles fonctions émergentes.” (Imbert 2008 : 13 ; après Svorou 1994, Givon 2001[1984], DeLancey 2001ms). Cette perspective dynamique sur la description prend naturellement en compte la notion de gradience des catégories conceptuelles et grammaticales (notions de continuum et de prototype, e.g. Lakoff 1987 ; Givón, ibid.).

Cette inspiration fonctionnelle est venue préciser dans plusieurs travaux récents le caractère typologique avec lequel il s’articule : il s’agit de mener une démarche de description typologique des langues (cf. notamment Creissels 2006), une stratégie descriptive qui prône l’interaction possible et nécessaire entre connaissances typologiques et description d’une langue. La typologie ne doit ainsi ni précéder ni suivre la description, mais en faire partie intégrante, dans une relation non hiérarchique d’ « aller et retour » de l’une vers l’autre. Cette démarche est à distinguer :

- (a) des approches contrastives en général limitées à des langues génétiquement proches et se situant parfois à l’interface de la linguistique appliquée (tel que commenté par Söres 2008) ;

- (b) des approches comparatistes à vocation typologique (Lazard 2001), dans lesquelles l’analyse typologique est postérieure à la description ;

- (c) des approches typologiques originellement issues de Greenberg, des approches développées dans des groupes de travail tels que le Surrey Morphology Group (typologie canonique, Corbett 2007) ou encore le Projet WALS (Haspelmath et al. (eds.) 2005). Dans ces travaux, l’élaboration d’une typologie constitue un cadre qui définit des “types”, dans lesquels une langue ou une contruction doit être classée ; dans ces approches essentiellement taxinomiques, la place d’une construction dans l’ensemble du système de la langue n’est donc pas le point central de l’étude – cette place étant au contraire mise en avant dans une description typologique.

Cette approche fonctionnelle-typologique a jusqu’à présent été essentiellement appliquée à un niveau morphosyntaxique de description ; cependant, des travaux récents en phonétique et phonologie se positionnent dans une perspective similaire, bien que le terme “fonctionnel” ne soit généralement pas utilisé à ce niveau d’analyse. Ces travaux (e.g. Lindblom et Maddieson 1988 ; Maddieson 1984, 2010 ; Mairano 2011 ; Rousset 2004 ; Vallée et al. 2002, Vallée et al. 2009) incluent une problématique de schémas translinguistiques, d’universaux et de contraintes sous-tendues par des facteurs internes et externes (par exemple contraintes de perception-production, contraintes aérodynamiques), ou encore de continuum d’évolution (Blevins 2004).

Les sujets que nous souhaitons voir abordés incluent de façon large : Des esquisses morphosyntaxiques : descriptions typologiques de langues ou de constructions (liées ou non à l’expression d’un domaine fonctionnel spécifique), pouvant inclure l’étude de processus de grammaticalisation ; Des descriptions typologiques de phénomènes phonétiques et/ou phonologiques, pouvant inclure la recherche de grandes tendances et/ou d’universaux ; Des articles se situant à l’interface de l’analyse typologique et de disciplines connexes telles que la sociolinguistique, la psycholinguistique, l’acquisition du langage ou la didactique des langues. L’ouverture des thématiques à ces disciplines vise à illustrer la productivité d’une approche typologique au sein des Sciences du Langage en général. Nous encourageons particulièrement les jeunes chercheurs à faire partager leurs travaux de description.

Editrices du numéro : Caroline Imbert – Université de Grenoble, Laboratoire LIDILEM Nathalie Vallée – Université de Grenoble, Laboratoire GIPSA

Mots clés  : Typologie fonctionnelle, morphosyntaxe, phonétique, phonologie, grammaticalisation, variations, contraintes, universaux, grandes tendances.

Soumission : Les articles soumis devront faire 35000 à 45000 signes maximum, tout compris (espaces et notes inclus) et pourront être rédigés en français ou en anglais. Les auteur(e)s devront soumettre un résumé puis un article. Chaque article sera envoyé en version anonyme à deux relecteurs. Les auteur(e)s devront garder à l’esprit la possibilité d’un lectorat spécialiste et non spécialiste en linguistique typologique. Adresses d’envoi des contributions (merci d’utiliser en Objet de l’email : « LIDIL TYPOLOGY ») : imbert.caroline@gmail.com
nathalie.vallee@gipsa-lab.grenoble-inp.fr

Dates importantes : Date limite d’envoi du résumé : 1er octobre 2011 Notification d’acceptation du résumé : 15 octobre 2011 Date limite d’envoi de l’article : 15 janvier 2012 Notification d’acceptation de l’article : 15 mai 2012 Date limite d’envoi des révisions : 15 juin 2012 Publication : 15 décembre 2012

Références :

Blevins, J. 2004. Evolutionary Phonology : The Emergence of Sound Patterns. Cambridge : Cambridge University Press.

Bowerman, M. and Choi, S. 2001. “Shaping meanings for language : universal and language- specific in the acquisition of spatial semantic categories”. In M. Bowerman and S. C. Levinson (eds) Language acquisition and conceptual development, Language, Culture and Cognition. Cambridge : Cambridge University Press. 475-511.

Corbett, G. G. 2007. Canonical typology, suppletion and possible words. Language 83. 8-42.

Creissels, D. 2006. Syntaxe : une introduction typologique. Paris : Hermès.

DeLancey, S. 2001ms. Lectures on Functional Syntax. [http://pages.uoregon.edu/delancey/s...]

Givón, T. 2001. Syntax : An introduction. Amsterdam : John Benjamins.

Grinevald, C. & Imbert, C. 2011. “Elements for a multi-layer definition of ‘satellites’”. Pre-AFLiCoIV Trajectory Workshop, 23 mai 2011.

Grinevald, C. 2011. “Building a Typology of Path : what kind of typology, what methodologies, what languages ?”. Pre-AFLiCo IV Trajectory Workshop, 24 mai 2011.

Haspelmath, M., M. S. Dryer, D. Gil & B. Comrie (eds.) 2005. The World Atlas of Language Structures. Oxford : Oxford University Press. [http://wals.info/]

Imbert, C. 2008. Systems dynamics and functional motivations in Path coding. A typological description of Homeric Greek and Old English. Thèse de Doctorat. CNRS / Université de Lyon 2. [disponible en ligne]

Imbert, C. 2010. “Multiple preverbation in Homeric Greek : A typological insight”. CogniTextes vol.4. [http://cognitextes.revues.org/387]

Lakoff, G. 1987. “Cognitive models and prototype theory”. In U. Neisser (ed.) Concepts and conceptual development, Cambridge : Cambridge University Press.

Lazard, G. 2001. Etudes de linguistique générale : typologie grammaticale. Leuven-Paris : Peeters.

Levinson, S. et al. 2003. “‘Natural concepts’ in the spatial topological domain. Adpositional meanings in crosslinguistic perspective : an exercise in semantic typology”. In Language 79(3). 485-516.

Lindblom, B. & Maddieson, I. 1988. Phonetic universals in consonant systems. In L.M. Hyman & C.N. Li (eds) Language, Speech and Mind. New York : Routledge. 62-80.

Maddieson, I. 1984. Patterns of Sounds. Cambridge : Cambridge University Press.

Maddieson, I. 2010. Variation in covariation. In C. Fougeron, B. Künhert, M. d’Imperio & N. Vallée (eds) Laboratory Phonology 10. Berlin : Mouton De Gruyter. 133-150.

Mairano, P. 2011. Rhythm typology : accoustic and perceptive studies. Thèse de Doctorat. Torino : Università degli Studi di Torino, dipartimento di Scienze Letterarie e Filologische.

Rousset, I. 2004. Structures syllabiques : typologies, tendances universelles et contraintes substantielles. Thèse de Doctorat. Université de Grenoble 3.

Söres, A. 2008. Typologie et linguistique contrastive. Théories et applications dans la comparaison des langues. 9/1. Berne : Peter Lang.

Svorou, S. 1994. The Grammar of Space. Typological Studies in Language 25. Amsterdam : John Benjamins.

Vallée, N., Boë, L.J., Badin, P., Abry, C. 2002. “The weight of substance in phonological structure tendencies of the world’s languages”. ZAS Papers in Linguistics 28. 145-168.

Vallée, N., Rossato, S., Rousset, I., (2009) “Favoured syllabic patterns in the world’s languages and sensorimotor constraints”. In F. Pellegrino, E. Marsico, I. Chitoran, C. Coupe (eds) Approaches to phonological complexity. Berlin : Mouton de Gruyter. 111-139.