Partenaires

CNRS
Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Programmes antérieurs > Typologie des relations et des marqueurs de dépendance entre propositions

Typologie des relations et des marqueurs de dépendance entre propositions

Responsable : I. Bril (LACITO)
Laboratoire gestionnaire : LACITO, UMR 7107

Nombre de laboratoires de la fédération impliqués : 4 (LACITO, LLACAN, CELIA, LLF)

Participants de la fédération :
LACITO : E. Adamou, A. Daladier, A. François, C. Pilot-Raichoor, C. Taine-Cheik ; LLACAN : G. Dumestre, S. Robert, P. Roulon-Doko, .M.-C. Siméone-Senelle, M. Vanhove ;CELIA : F. Rose, N. Tersis ; LLF : C. Reintges

Participants extérieurs à la fédération :
Enseignants-chercheurs : Gilles Authier (INALCO), Colette Cortès (Paris 7), Denis Creissels (Lyon), Jacqueline Leroy (Paris 5).Postdoctorants : Margaret Dunham (Paris 5), Renée Lambert (DDL, Lyon), Eleni Valma (Paris 7).

Collaborations internationales : Invitations de chercheurs travaillant selon des approches théoriques ou sur des familles de langues non-représentées au sein du programme : Chappell Hillary (Université de LaTrobe, Melbourne et CRLAO-CNRS), Mithun Marianne (Université de Santa Barbara, Californie), Haspelmath Martin (MPI, Leipzig), Foley William (Université de Sydney, Australie), Evans Nicholas (Université de Melbourne), Lichtenberk Frantisek (Université d’Auckland), van Valin Robert (Université de Düsseldorf et SUNY, Buffalo), Verstraete Jean-Christophe (Université de Louvain).

Objectifs :
L’objectif général du programme est l’analyse de différents types de dépendance entre propositions, et des marqueurs de cette dépendance : relations syntaxiques, logico-sémantiques et pragmati¬ques, ainsi que les liens que les conjonctions des langues naturelles peuvent entretenir avec certains connecteurs logiques. Les travaux ont d’abord porté sur les notions de coordination, de subordination et de cosubordination, mais aussi sur les corrélati¬ves : définitions, propriétés, tests distinctifs, faits linguistiques représenta¬tifs dans diverses familles de langues. Puis, dans la perspective d’une publication, les thématiques ont été restreintes à quelques sous-thèmes : phénomènes de dépendance marqués par des variations de conjugaisons, de mode, de marque casuelles, d’ordre des propositions, mais aussi dépendance et hiérarchie informationnelle ou référentielle marquée par le biais de morphèmes de thématisation, de focus, de deixis ou d’anaphore, ainsi que par des phénomènes suprasegmentaux (prosodie, etc.). Ces travaux délimitent, au sein de chaque système, les types de propositions dépendantes ainsi construites, les fonctions et les domaines sémantiques impliqués, en contraste avec d’autres types de constructions, en les comparant à des types plus généraux. Certains travaux du programme portent sur la polyfonctionnalité et la polysémie de certains morphèmes de dépendance entre propositions, prenant en compte leur origine et les phénomènes de (poly)gramma¬ti¬ca¬lisation et de divergence fonctionnelle et sémantique de ces morphèmes. Quels types fonctionnels et sémantiques sont regroupés ou distingués ? Y a-t-il des types récurrents ? Sont-ils comparables de langue à langue ? Recoupent-ils des types logico-sémantiques ? Puisque la polyfonctionnalité est potentiellement créatrice d’ambiguïté, quels sont les facteurs permettant de la lever (contexte, prosodie, critères syntaxiques ?).

Langues étudiées : famille afro-asiatique : copte ; langues couchitiques (afro-asiatique) : afar, bedja ; langues bantu : mankon ; langi ; langues kwa (Afrique de l’ouest) : fon ; groupe atlantique (Afrique de l’O.) : wolof ; langues du Niger-Congo : bambara (Mali) ; langues oubanguiennes : gbaya ; langues berbères zenaga ; langues océaniennes (famille austronésienne) : nêlêmwa, yuanga (Nouvelle-Calédonie), mwotlap, araki (Vanuatu) ; langue tupi-guarani : émérillon ; langues eskaléoutes : inuit ; grec moderne ; pomak ; langues du caucase : akhvakh, kryz ; langues dravidiennes : badaga ; langues austroasiatiques : kudeng, war-khasi ; langues australiennes : umpithamu, kayardild ; langues papoues ; navajo, yup’ik ; langues min ; allemand.

Points forts du programme :

- L’accent a été mis sur des thématiques et des phénomènes relativement peu étudiés (phénomènes de dépendance marqués par des variations de conjugaisons, de mode, de marque casuelles, d’ordre des propositions, mais aussi dépendance et hiérarchie informationnelle ou référentielle marquée par le biais de morphèmes de thématisation, de focus, de deixis ou d’anaphore, ainsi que par des phénomènes suprasegmentaux (prosodie)), sous des angles théoriques divers choisis pour l’éclairage apporté sur la question traitée.
- Contact et collaborations internationales multiples
- Participation active des membres du programme à des conférences internationales sur cette thématique et publications (journaux ou volumes) .
- Edition d’un ouvrage collectif sur la typologie des relations et des marqueurs de dépendance interpropositionnelle : Bril. I. (ed.) Clause hierarchy and clause linking : syntax and pragmatics. Ce volume (en préparation) qui doit être soumis à John Benjamins, s’organise en trois parties : I. Deixis et subordination. Hiérarchie informationnelle et subordination ; corrélatives ; II. T.A.M et dépendance/subordination ; III. (Poly)grammaticalisation et subordination.

Production
Ce programme a donné lieu à la production de 1 OS-coll, 2 Chap-OS, 5 ACL, 2 INV, 2 ACT, 12 COM